<< back home ! | C'est quoi? | Vous faites du rock ? | Facebook |Contribuez ! | Crédits
LDDSM  
                   

***On salue la première interview de Ludo, chroniqueur et musicien ! Quel taaaalent !***

Salut Nico et merci de consacrer un peu de ton temps à MetAlsace. Pour commencer peux-tu nous présenter les membres qui officient au sein du groupe?

Bonjour Ludo. Alors il y a Dany au chant et clavier, Romain à la guitare, Katia à la basse, et aux chœurs, Greg à la batterie et moi-même à la guitare et au chant.

Comment s'est formé Los Disidentes Del Sucio Motel et que signifie ce nom hors du commun pour un groupe de rock?

Ouais c’est le moins qu’on puisse dire ! Je pense d’ailleurs que pour le prochain album on se fera appeler simplement LDDSM ! C’est quand même plus simple et beaucoup de gens nous appellent déjà comme ça. On s’est créé en 2005 donc il a déjà 15 ans... LDDSM c’est un regroupement de 3 groupes en fait. On jouait tous dans des formations différentes, dans des styles différents mais toujours dans une veine rock. LDDSM était alors un groupe de récréation sans réel but si ce n’est de s’amuser avec les copains et puis au final tous les autres groupes ont splitté et on s’est retrouvé avec ce seul projet actif, donc on a commencé à s’y mettre sérieusement. Le nom c’est juste un brain storming de groupe assez classique finalement. Chacun rapporte ses idées, ses envies et on tombe d’accord sur un truc improbable mais qui a le mérite d’interpeler tout le monde. Moi je voulais un nom à rallonge parce que je trouvais ça drôle à l’époque (j’ai changé d’avis depuis pour mon autre projet SAPIENS hahaha), d’autre voulaient un nom en Espagnol pour le rappel au Sud des USA et son folklore, sa culture, d’où également le « motel ». Et puis un jour la mère de Baloo, notre ancien bassiste, nous a appelé les dissidents parce qu’on jouait dans un projet parallèle nouveau et on a trouvé ça cool. Un coup dans le mixeur et bim, c’était plié !

Dans quel style musicale puisez-vous votre inspiration et quels sont les groupes qui influencent principalement votre musique?

Nos influences sont très larges. On écoute beaucoup de choses différentes. Je dirai qu’au départ le groupe était clairement catalogué comme « Stoner Rock ». Nos inspirations venaient évidemment de QOTSA ou Black Sabbath (et c’est toujours le cas !) mais on se refusait un peu d’aller puiser ailleurs pour nos propres compositions. Au fil du temps, notre identité s’est affirmée et on a commencé à « assumer » nos autres influences et à oser aller plus loin. Donc nos racines Metal, Grunge et Prog ont commencé à prendre plus de place. Donc je dirai qu’aujourd’hui, on peut s’inspirer autant d’un Mastodon, que d’un Pink Floyd ou un Alice in Chains. On se situe quelque part au milieu de tout ça.

Vous bossez actuellement sur votre 4ème opus, comment se passe la composition et l'écriture dans le groupe?

Très souvent je compose la base des compos tout seul à la maison. Parfois il s’agit juste qu’une série de riffs qui vont bien ensemble sans réelle structure, parfois j’ai une idée très précise du rendu. Ensuite on jam tous ensemble en répète et chacun apporte sa patte. Pour cet album-là, Katia est arrivée dans le groupe en cours de composition mais elle a quand même pu y mettre sa touche. Avant le confinement nous venions de finir d’enregistrer les préprods instrumentales et nous avons dû continuer à bosser à distance pour avancer sur les chants. Donc on se fait des Skype entre les 3 voix, j’enregistre toutes les voix en direct à la maison avec eux et on débriefe après avec les autres. C’est pas l’idéal pour la communion de groupe mais au final ça avance pas mal quand même comme ça !
Pour ce qui est de l’écriture des textes, on se les répartie entre Katia et moi, et Greg s’y est mis aussi un peu sur cet album. C’est agréable d’écrire à plusieurs en fait. On s’est rendu compte que sans même se concerter, on a des façons d’écrire assez proches. L’ensemble est très cohérent. C’est important car LDDSM a toujours sorti des « concept albums » et celui-ci ne déroge pas à la règle. Nous travaillons sur les liens physiques ou spirituels qui unissent les Hommes et l’Univers. C’est un sujet passionnant ; on a appris plein de choses en se documentant sur le sujet.

Vous avez joué à de grands événements comme les Eurockéennes ou le Hellfest, que ressent-on en tant qu'artiste d'être à l'affiche d'un tel festival et de jouer devant autant de monde,

C’est dingue ! C’est un plaisir immense. Notre première grosse scène c’était la Foire aux vins avant « The Smashing Pumpkins ». On venait à peine de sortir notre premier EP et clairement, on n’était pas prêt hahaha ! Mais on en garde un très bon souvenir quand même. Les Eurock c’était dément aussi, car on a joué sur la scène de la plage qui est de loin ma scène préférée et sous un grand soleil, avec des conditions d’accueil de rêve… Bref, le gros kiff ! J’espère qu’on y rejouera un jour, car on a forcément un attachement particulier pour ce fest, proche de chez nous et on s’y rend souvent comme festivalier. Et enfin le Hellfest, alors là… C’est le must ! Ce festival a une âme, il est unique au monde. Nous avons joué sous la Valley, là encore notre scène préférée avec une programmation de dingue. Et même si nous avons ouvert le samedi matin à la fraiche, le public était déjà là et ils étaient chauds bouillant. Nous avons vraiment eu le sentiment d’un accueil chaleureux et bienveillant de leur part et ça reste pour moi en tout cas, le meilleur concert de ma vie. Là aussi, on rêve d’y rejouer !!

Y a-t-il un groupe avec qui vous aimeriez partager l'affiche?

C’est compliqué à dire ça, il y en a tellement. Je pense qu’ouvrir pour « A Perfect Circle » serait vraiment un rêve. Nous adorons tous ce groupe, pour sa musique, son imagerie, son message, son sens du détail… Et ne serait-ce que pour rencontrer Maynard, je signe tout de suite ! Et je pense qu’artistiquement le public s’y retrouverait... Du moins j’espère !

Tant que nous sommes dans le sujet, comment avez-vous eu cette idée géniale de donner un show en acoustique et allez-vous réitérer cette expérience?

C’est possible oui. En tout cas on ne ferme pas la porte à l’idée, loin de là ! On aime tous l’acoustique. J’ai même sorti un album 100% acoustique avec des copains et plein de chanteurs Metal français avec Sapiens l’année dernière. L’acoustique a toujours fait partie de l’ADN du groupe. Il y en a toujours eu un peu dans l’histoire du groupe. Bien souvent je compose sur guitare folk d’ailleurs. Le jour où on nous a proposé d’ouvrir pour Klone sur leur tournée unplugged on a sauté sur l’occasion car c’est un groupe qu’on apprécie beaucoup et le challenge était intéressant. Mais nous avions déjà donné des petits sets acoustiques avant. Aux Eurockéennes notamment ! Adapter ses morceaux électriques en acoustique est un exercice délicat mais très enrichissant et il permet de faire la part belle aux voix et c’est quelque chose qu’on apprécie.

Vous avez aussi fait plusieurs clips mais comment se passe un tournage en général et comment choisit-on un titre plutôt qu'un autre?

On a sorti quelques clips oui, au moins un pour chaque album. Le dernier en date a été tourné au Hellfest justement. C’est notre premier clip live. On a choisi « Determination » car on trouve que ce morceau fonctionne super bien en concert. Après comment on choisit un titre plus qu’un autre ? Je dirai que c’est un peu au feeling. Quand tu sors de ton enregistrement, que tu écoutes ton album avec le recul du studio, souvent il prend une autre dimension. Tu le vois sous une autre perspective et certains titres te paraissent plus « catchy » que d’autres. Mais tu ne sais jamais si le public aurait fait le même choix que toi. Parfois c’est le manageur qui décide, mais dans l’ensemble de notre carrière, nous nous sommes principalement auto-managé, donc on a fait ces choix nous-même. Le seul clip où nous apparaissons comme « acteurs » c’est celui de « Z ». On a fait un petit court métrage autour du thème des Zombies pour celui-là et le tournage était vraiment drôle. Le faux sang a vraiment un goût dégueulasse mec ! On était dans un état lamentable à la fin des sessions de tournage, entre la transpiration, le maquillage, la poussière et ce putain de faux sang, je te raconte pas le carnage ! Mais on s’est bien marré et on est content du résultat. On prévoit de tourner des clips pour le prochain album, mais rien de figé pour le moment.

LDDSM à déjà fait un sacré parcours mais quel conseils pouvez-vous prodiguer aux jeunes talents qui émergent?

C’est toujours délicat de donner des conseils. Je ne veux pas passer pour un prétentieux qui croit tout savoir. On apprend encore tous les jours sur ce milieu et de son fonctionnement si particulier. Je dirai déjà qu’artistiquement, il faut prendre le temps de digérer ses influences et d’oser proposer ses propres idées sans trop se poser de question. T’as envie de mélanger rap et salsa ? Bah vas-y ! Et ensuite, prenez le temps d’apprendre à bien faire les choses. Comment répéter correctement, comment enregistrer correctement, comment se comporter correctement… Il ne faut pas brûler les étapes. Ne pas hésiter non plus à poser des questions, à assister à des formations, à montrer sa tête aux concerts, à serrer des mains. Le contact humain reste primordial dans ce milieu.

Seriez-vous prêts à embarquer un petit groupe de la scène locale pour une de vos tournées si oui lequel?

Alors sur le principe oui évidemment ! Mais alors c’est pas à moi qu’il faut demander de te citer un nom, car je suis complètement largué sur la jeune scène Alsacienne actuelle hahaha ! Mais je sais que notre scène est très riche. Il y a toujours eu des groupes énormes en Alsace, mais depuis que j’ai des enfants, je ne sors plus vraiment voir des concerts, ou alors ceux de mes potes qui sont de passage et je ne suis donc pas du tout au fait des jeunes pousses actuelles. Shame on me…

Je te remercie pour cette interview et le mot de la fin est pour toi !

Merci à toi pour cette interview. On revient vite avec LDDSM, la scène nous manque. Le public nous manque. On va bosser comme des dingues pour vous proposer un bel album et on espère pouvoir venir le partager sur les planches avec vous, dès que la situation du pays le permettra… Bon courage à tous pour cette sortie de confinement et merci à tous ceux qui ont bossé pendant cette période pourrie pour nous garantir une vie à peu près normale à la maison et en particulier tout le personnel soignant. Prenez soin de vous et votre planète.

On salue la première interview de Ludo, chroniqueur et musicien ! Quel taaaalent !
ROCK
©MetAlsace 2021. ©MetAlBar 2021. Tous droits réservés. Exécute PHP 7.2.34.
RockZed recommande son IDE PHP: Sublim Text