<< back home ! | C'est quoi? | Vous faites du rock ? | Facebook |Contribuez ! | Crédits
SCREAMING KIDS  
                   

Screaming Kids, c’est un groupe de rock néo rockab’ qui nous vient de Strasbourg. Et j’ai le plaisir de les interviewer aujourd’hui.

*****************

Salut à tous ! Merci de soutenir MetAlsace et de répondre à cette interview. Qui sont les membres de Screaming Kids ?

Il y a Gilles Haezebrouck le membre fondateur au chant et à la guitare – Sébastien Muller à la contrebasse, et Sarada Riefstahl à la batterie et aux cris. Cette formation existe depuis 2015.

Le groupe est né en 1988 et a connu une période très faste dans les années 90, qui vous a vus monter vivre à Paris. Pourquoi être revenus à Strasbourg ?

Le groupe n’est pas né en 1988, c’est son premier concert qui a eu lieu lors de la fête de la zic en 1988 à Strasbourg. Le groupe existait déjà dès 1984-1985. Le temps de monter un répertoire et de trouver les zicos, ce n’est jamais évident le début d’un groupe. Au milieu des années 90, le groupe s’est installé à Paris et a joué dans tous les clubs de la capitale, et ceci pendant une dizaine d’années. Paris dans ces années là était magique, actuellement ce n’est pas évident de jouer la-bas, car il y a de moins en moins de clubs, de salles ou de bars qui programment encore du rock. Un des derniers bastions « La Féline » à Ménilmontant à mis la clé sous la porte en juillet de l’année dernière. Néanmoins , il reste encore quelques belles petites salles comme « Le Chinois », « La Pêche » ou « L’Armony », tous les trois situés à Montreuil.

Vous faites du « rock’n’roll - néo rockabilly alternatif français ». Quelles sont vos principales influences ?

Nos influences sont larges, des années 50 à nos jours. Surtout les années 60 aux années 80-90, avec des groupes comme les Stray Cats, Chris Isaac, Dr.Feelgood, Creedence Clearwater Revival, Led Zeppelin, AC/DC, The Clash, Alan Vega, The Ramones, Eddie Cochran, Gene Vincent, Crazy Cavan, Noir Désir... et certains groupes de la scène alternative française des années 80 comme Pigalle, Los Carayos, la Mano Négra, et sans oublier la musique blues dans son ensemble.

Quels sont les thèmes de vos chansons, et pourquoi avoir choisi de les chanter, pour la plupart, en Français ?

Ce sont des thèmes récurrents au rock et au blues (l’amour, le désir, la solitude, le suicide, l’alcool, la dope, mais aussi la vie, l’espoir, le renouveau...), bref ce que chacun d’entre nous ressentira un jour ou l’autre dans sa vie. Nous avons un répertoire fait de compos personnelles toutes chantées en français, ainsi que de reprises millésimées que l’on reprend à notre sauce, et vu que ce sont des titres en anglais, et bien nous les chantons également en anglais.

Après plusieurs albums, vous avez sorti en 2018 un EP (2 compos en Français et 3 reprises en Anglais) qui a été très bien accueilli ! J’ai cru comprendre qu’un best of était en préparation pour les 30 ans du groupe ?

Avant le best of prévu pour 2020, il y aura un autre album ou EP qui devrait sortir pour la fin de cette année, toujours sur le label parisien Pat Kebra’s Records (ex : Oberkampf). En ce qui concerne notre EP 5 titres « Bien avant que le soleil se lève », sorti en 2018, il fut en effet très bien accueilli par la presse et les radios nationales. Il passe encore sur plus de 110 radios en France.

Vous avez beaucoup tourné depuis vos débuts, en France bien sûr, mais également en Angleterre, Allemagne, Suisse, Espagne. Le public est-il différent selon le pays où vous jouez ? Comment est accueillie votre musique, chantée en Français, à l’étranger ?

L’Allemagne reste toujours le pays ou il faut jouer, car là-bas il y a un vrai public pour toutes les musiques. Y jouer est toujours le signe d’être toujours bien accueillis par les organisateurs, et de jouer en général devant un bon public, et de chanter en français ne pause aucun problème. L’Angleterre reste pour nous Français le pays du rock par excellence, alors y jouer c’est toujours le pied. Bien qu’étant Français, nous sentons bien que pour les anglais le rock français à bien du mal à exister la-bas.

Vous avez d’ailleurs tourné avec de grands noms tels que Hubert Félix Thiéfaine, la Mano Negra, les Stray Cats ou Dr Feelgood pour ne citer qu’eux. Y a-t-il un artiste ou un groupe avec qui vous aimeriez plus particulièrement partager l’affiche (vivant ou non) ?

Après + de 500 concerts, avoir joué avec La Mano, les VRP, Dr. Feelgood, les Batmobile ou d’autres, c’est déjà ce que l’on voulait. Se faire plaisir avec des groupes dont nous aimions leur musique. En France, nous aurions bien voulu jouer avec Noir Désir, mais là je pense qu’il ne faut plus y penser.

Vous avez peut être une anecdote ou un souvenir spécial de concert ?

Elles sont trop nombreuses pour n’en citer qu’une.

Un rituel avant de monter sur scène ?

Rituel est un bien grand mot. Disons que nous avons encore tous le trac quand nous montons sur scène, mais après quelques minutes on l’oublie et on fonce.

Pour finir, pourquoi avoir appelé votre groupe Screaming Kids ?

Screaming Kids était le nom de la première formation du chanteur de rock’n’roll Gene Vincent (Be Bop A Lula). En hommage au rock’n’roll des fifties, nous avons appelé notre groupe ainsi, pour rendre un vibrant hommage à cette musique. Mais attention, il ne s’agit pas d’un quelconque revival, mais au contraire de rendre toujours vivante cette musique (le rock’n’roll dans le sens large du thème) intemporelle, sans tomber dans les clichés.

Merci encore à vous de nous avoir consacré du temps ; je vous laisse conclure cette interview.

Tout d’abord un grand merci à toi et à Rock Zed pour avoir pu réalisé MetAlsace et de ce que vous avez pu en faire. Ça doit être un travail de titans. C’est un grand bonheur pour les groupes et chanteurs du coin. Merci encore, et longue vie à MetAlsace. A notre première rencontre bientôt je l’espère, et comme de bien entendu autour de quelques bonnes bières.

ROCK
©MetAlsace 2019. Tous droits réservés. Exécute PHP 7.2 et PHPMyADMIN Version : 4.6.6deb4
RockZed recommande son IDE PHP: Sublim Text