<< back home ! | C'est quoi? | Vous faites du rock ? | Facebook | Contribuez ! | Crédits
ROCKNSTEIN 2019  

Il y a longtemps, très longtemps, dans le courant du XIIe siècle, sur les hauteurs de Lembach, les seigneurs de Fleckenstein firent sortir de terre un impressionnant château, bâti en grès des Vosges. Dominant les alentours, la forme particulière de la ruine, due à un pan du mur du logis des seigneurs encore debout et sa spécificité de château fort semi-troglodyte en font le 2ème château fort le plus visité d’Alsace après celui du Haut-Koenigsbourg.
Les siècles, les guerres et batailles ont empli les ruines et les environs de légendes. Les troubadours et baladins se faisant l’écho des exploits passés dont les notes faisaient alors déjà résonner nos anciennes collines alsaciennes ne pouvaient pas se douter que près de 9 siècles plus tard, les ruines résonneraient de la musique des ménestrels des temps nouveaux.

En effet, une fois par an, en août, a lieu l’un des festivals les plus couru d’Alsace du Nord. Le Rock’n’Stein fêtait ses 5 ans d’existence cette année et est bien décidé à devenir lui aussi une légende. Situé sur la colline au pied du château, vous y accédez en sortant de Lembach direction l’étang du Fleckenstein. Dépassez le plan d’eau et faites tourner votre monture sur la droite (il y a un panneau). Gravissez la colline qui vous offre une vue en hauteur sur le vert de nos forêts, où peuvent s’accrocher des écharpes de brumes vers le soir, comme autant de fées. Le parking est aménagé sous forme de « terrasses » et la route de terre battue sinueuse vous y emmène. Certains d’entre vous pourront même imaginer monter à Minas Tirith. Ici il convient d’attirer votre attention voyageur et voyageuse ! Il vous faut absolument une torche pour éclairer votre chemin de nuit ! En effet il n’y a aucun éclairage du château jusqu’au parking. Soyez prévoyants et en éclairant votre chemin vous éviterez de trébucher sur une racine (vécu) ou de vous fourvoyer dans les collines. Ensuite il vous faudra user de vos gambettes pendant 5 minutes pour arriver sur le site. C’est une grande place, au pied du château, entourée de collines. De la place monte une joyeuse rumeur, de la fumée des tentes médiévales où l’on commence à s’activer à la cuisine. Je vais être franc avec vous, il n’y a pas eu une météo extraordinaire pour cette édition. Quelques gouttes de pluie et même une petite averse ont ponctué la soirée, mais baste ! Rien d’insurmontable ! Il y a de quoi s’abriter, la bonne odeur montant de la cuisine indique que nous aurons quelques réconforts, la tireuse semble opérationnelle et l’hypocras parfumé. La taverne est accueillante et on ne s’y trompe pas, déjà arrive le public en quête de rock, de nature et même d'un peu d’histoire. Car une fois en place, votre verre en main, jetant un regard sur les alentours, comment ne pas se sentir le seigneur du château juste pour un soir ?

Et l’organisation ? Elle est emmenée par François. Passionné, chevelu et barbu, partout mais disponible, il est l’instigateur de ce festival. Il dirige une armée de bénévoles et ici je voudrais juste souligner un fait.
Les bénévoles qui acceptent de donner de leur temps pour que ce genre de manifestation existent, mais sont en voie de disparition. Alors si nous ne voulons pas qu’ils deviennent eux aussi une légende, apportez-leur votre soutien, faites un tour aux manifestations locales et continuez à les faire vivre ! En l’occurrence de la caisse au bar, en passant par le merch’, on est charmé par les sourires, par la sympathie de ces jeunes qui vous indiquent par la même que vous êtes les bienvenus.

Parlons de la prog’. Du très très bon. Comme chaque année, les participants et participantes au « Stage Rock », rockers en herbe mais non moins talentueux, vont présenter le résultat de leur semaine de travail. Emmenés par Katia et Grégoire (Wake Up Woods, Vent Debout, Warkunt), voilà qui promet d’être intéressant !
Ils seront suivis d’Odrylane. Odrylane qui s’essayera à une ou deux petites expériences musicales en live. Ils sont rodés à ce fest, ils cadrent parfaitement et croyez-moi, ces gars là savent mettre l’ambiance.
Pour UNDERVOID ce sera une grande première. Ils poseront leur gros son rock et engagé ce soir et ont de grands sourires. Alea Jacta Est.
Les seigneurs du rock strasbourgeois d’Iron Bastards ne sont pas non plus des nouveaux du Rock’N’Stein. Les collines se souviennent encore de leur dernière venue et sauront s’en souvenir.
Drakwald sera pour nous la découverte de cette édition. Du métal oui mais folk avec cornemuse et flûte aussi. La balance est prometteuse.
Et entre les groupes, la musique s’arrête ? Que nenni ! Red Bottle Head distille ses reprises en folk !

Avec un programme comme ça, il n’y a plus qu’à aller se resservir un hypocras en se disant qu’honneur sera fait aux festins et aux banquets d’autrefois ! Mais au fait je vous parle d’hypocras, mais c’est quoi ? C’est une antique boisson à base de vin, miel, épices. Ce breuvage dont le goût inoubliable a traversé les siècles a été concocté par les membres de l’association FACTOREM. On leur doit également les délicieuses saucisses « lucani » préparées suivant la recette qu’utilisaient déjà les romains (environ 323 ans avant J-C), accompagnés des indémodables « Spätzele » qui font honneur à notre patrimoine millénaire !
FACTOREM -dont le président est aussi cracheur de feu-, massif et souriant gère ses troupes de main de maître, toujours avec le sourire. Ils sont des habitués du Rock’N’Stein. Spécialisés dans les spectacles de feu, se déplaçant toujours avec leurs malles aux merveilles, n’hésitez pas à les contacter pour vos animations !

Le « Stage Rock » commence… en reprenant Megadeth ! D’emblée on est scotchés. Les kids assurent comme des grands et épluchent une setlist où Megadeth croise Metallica et Rammstein. D’ailleurs Katia et Grégoire nous ont assurés que ces sont les enfants qui ont choisi les titres ! Alors c’est en levant nos verres que nous saluons le travail de ces jeunes pousses. Le rock n’est pas encore mort et ça fait du bien !

Odrylane arrive sur scène. Bouzouki, batterie, guitare, violon. Originaires pour certains du cru, ils prennent possession de la scène avec énergie et passion. Et c’est à chaque fois un voyage, chaque fois une fête dans la fête. Ils enlèvent le public, le font bouger. Des magiciens ces gars là. Les accents anciens côtoient des rythmes soutenus. Les murs de la forteresse se souviennent ils de ces échos de gigue ? de bourrées (je parle des danses hein) ? Et même si le rock s’en mêle comme parfois le diable, c’est la marque de fabrique de ces ménestrels du nouveau millénaire.

Comme dit, pour UNDERVOID c’est la première fois. Et d’emblée c’est l’explosion. De l’énergie qui se communique, on s’anime. C’est comme une bataille qui aurait éclaté sur les hauteurs. Au rythme d’une batterie qui envoie du lourd comme une cavalcade de centaines de cavaliers, galvanisés par leurs chefs de guerre qui envoient une musique à réveiller au fond de vous le guerrier ou la guerrière assoupie. Au fond, UNDERVOID nous le rappelle bien que le quotidien peut être un combat en soi. Mais ils chantent aussi que la victoire est en nous. Je vous le dis, du talent.

Mais que voilà ? Une lumière s’allume dans la nuit et un colosse s’avance entre les gouttes de pluie. Les têtes se tournent, les regards s’interrogent… Mais voilà qu’une flamme soufflée avec force par Gaulois de FACTOREM s’élève dans le ciel ! Une autre encore et à chaque fois, on sent l’onde de chaleur se répandre sur la foule. On regarde on s’émerveille. Il recommence, pointe un doigt vers le ciel et envoie un jet de flammes à se faire s’évaporer les nuages, et si c’est vrai que ça ne monte pas aussi haut, au moins il aura volatilisé quelques gouttes de pluie.

Iron Bastards, la pluie ils la chassent à grand renfort d’incantations tirées de leur « Cobra Cadabra » sorti en avril. Mieux encore, ils savent provoquer la tempête. Inépuisables, ils évaporent la pluie, envoient du lourd sur les hauteurs. Ces trois cavaliers de l’Apocalypse savent néanmoins être accessibles à leur public. Toujours généreux dans leurs prestations, les revoir c’est toujours l’assurance d’un excellent moment. Toujours trop court. Et c’est avec force applaudissements et en sueur qu’on remplit à nouveau son gobelet !

Drakwald c’était la découverte de la soirée. Originaires de la Touraine, vous ne les verrez pas sur MetAlsace mais diantre ! On ne fera pas l’impasse dessus ! Voix gutturale, guitare énervée, rythmes roulants comme des tambours de guerre ! Et la cornemuse, la flûte ! Un mélange plus que réussi. Qui a dit que le métal ne savait pas s’accommoder de ces instrumentations ? Il cadre parfaitement avec le lieu. Un groupe à suivre !

Entre temps des torches ont été allumées et flambent sous une petite bruine. On discute encore avec les potes, dans l’odeur du feu de bois, au milieu de la forêt, la place s’illumine. C’est une fois par an, c’est un incontournable. Par ci par là éclatent encore des éclats de rire. La famille du rock fraternise, elle festoie encore et elle a raison. Elle perpétue par là ce privilège, résultat de batailles antiques et malheureusement aussi parfois plus récentes qui est à nous et on le vendra chèrement si on essaye de nous le prendre.
La rumeur commence à se disperser. Dans la nuit on commence à redescendre la colline, les lampes s’allument dans la main des festivaliers. Le calme revient dans la forêt. Les derniers échos de voix achèvent de s’éteindre dans l’obscurité. On laisse le vieux Fleckenstein dans la nuit, retrouver le silence en attendant l’an prochain. On y sera !

-= 19/08/2019 Rock

Nous tenons encore à remercier l’organisation pour cette superbe édition. Merci à François pour ses idées, son implication et sa détermination ! Merci à LM sonorisation pour le son impeccable, FACTOREM pour leur bonne humeur et leur talent ainsi que tous les bénévoles engagés dans cette belle aventure, continuez, vous êtes géniaux !

Retrouvez ODRYLANE, UNDERVOID et IRON BASTARDS sur MetAlsace et suivez l’actu de DRAKWALD sur leur site : www.drakwald.fr

Encore un super bravo aux participants du concours MetAlsace !

Envie de vous promener ? Essayez le Fleckenstein ! Plus d’infos : www.fleckenstein.fr

Photos par FRANY

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

ROCK
©MetAlsace 2019. Tous droits réservés. Exécute PHP 7.2 et PHPMyADMIN Version : 4.6.6deb4
RockZed recommande son IDE PHP: Sublim Text